Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Stéphane Henon, star de «Plus belle la vie» : «C’est le public qui a créé le couple Samia-Boher»

Jean-Paul Boher est carrément passé de l’autre côté de la barrière. On peut lui trouver des circonstances atténuantes ?

C’est quand même compliqué de lui en trouver ! (sourires) Il essaie pourtant de trouver des solutions mais il n’y en a pas. Il arrive toujours à se mettre dans des situations rocambolesques. C’est un véritable antihéros… mais un héros quand même. Je pense vraiment qu’il essaie de faire du bien aux gens qui l’entourent, mais il est un peu extrême. D’ailleurs, c’est comme ça qu’on l’a découvert. Il s’est assagi grâce

à Samia.

Il est guidé par son cœur bien plus que par sa raison.

Oui, chez Boher, la raison vient après ! Il agit impulsivement, surtout quand on touche à ses proches, aux gens qu’il aime. Il culpabilise de la situation, d’avoir laissé aller en prison un innocent.

Mais il n’a pas l’air de beaucoup culpabiliser d’aimer deux femmes à la fois…

Si, il culpabilise ! Il ne faut pas oublier qu’il a été très blessé quand il a appris la liaison de Samia avec Djawad. Ça a été terrible ! Là, il se raccroche aux branches, même s’il aime Ariane, je pense. Elle a été comme un pansement pour lui. Mais il est follement amoureux de Samia, ça restera un amour à vie, je pense.

Quand Boher et Samia ont divorcé, une partie des téléspectateurs l’ont mal pris.

Parce qu’ils formaient une sorte de couple idéal. Les gens ont envie de croire à l’Amour éternel. Mais en tant que comédien, c’est bien de jouer autre chose que l’amour. Je dis bien en tant que comédien, parce que dans la vie, j’aime l’amour qui dure ! Je suis un grand romantique, il faut y croire à l’amour. Moi ça fait 10 ans que je suis amoureux de ma femme. Et on les a pas vu passer, ces années. Il faut dire qu’on a fait deux enfants aussi, on a bien bossé ! (rires)

Là, on arrive à un dénouement policier avec ce prime-time. Ce serait le moment pour Jean-Paul Boher de faire un choix entre Samia et Ariane non ?

Le problème c’est que Boher ne fait jamais vraiment de choix. Est-ce que ça ne viendra pas plutôt de l’une de deux qui va se barrer ? C’est un garçon qui subit, Boher. Comme souvent les hommes d’ailleurs…

Quand vous avez débarqué dans la série en 2007, vous ne deviez pas y rester très longtemps…

3 mois ! Et ça va faire 12 ans… Le personnage au départ pas très sympa l’est devenu, surtout en se rapprochant de Samia. Ça n’existait pas à la base, mais c’est quelque chose qu’on a créé avec Fabienne (Carat, alias Samia). Il y a un truc que le public a vu, a souligné. En fait, c’est le public qui a créé le couple Samia-Boher.

Au bout de 12 ans, qu’est-ce qui vous ferait quitter « Plus belle la vie » ?

Que je ne m’amuse plus. Mais là j’ai été gâté ! J’ai toujours voulu être un acteur populaire et je défends la série. Elle est copiée ? Ça regonfle tout le monde. Ce n’est pas parce qu’on a été les premiers qu’on doit aujourd’hui être les derniers, donc on continue de se moderniser. C’est positif la concurrence !

Boher vous laisse le temps de jouer dans d’autres fictions et de réaliser aussi.

 Oui. Là j’essaie de monter un long-métrage. Je viens de faire un docu-fiction, « Presque célèbre » sur le succès et puis la descente. J’ai suivi un ancien animateur télé qui s’est fait virer dans les années 90 par Mitterrand. Je fais un peu le parallèle, avec humour, avec ce que moi je vis.

Écrire un commentaire

Optionnel