Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Stéphane Henon

  • Stéphane Henon "Jusqu'à ce que la mort nous unisse"

     

     

    CVT_Jusqua-ce-que-la-mort-nous-unisse_3240.jpeg

    IMG_2660.JPG

    IMG_3450.JPG

    Le téléfilm  "Jusqu'à ce que la mort nous unisse",  réalisé par Delphine Lemoine, sera diffusé le mardi 27 novembre 2018 sur FR3 à 21h

    Synopsis : Le petit village de Colmars-les-Alpes est en plein émoi après la découverte du corps sans vie d’un garde moniteur du parc du Mercantour. Contre l’avis de tous, le guide de haute montagne, Vincent Lapaz va convaincre l’adjudante Servane Breintenbach, fraichement arrivée, que son ami d’enfance a été assassiné. Tous deux vont mener à bout cette enquête qui va faire trembler les piliers de la communauté.

    Télé-Loisirs. C’est chouette de vous voir ailleurs qu’au Mistral… 
    Oui, il m’arrive de voyager, d’aller autre part. En l’occurrence, à la montagne.

    Comment ça s’est fait ? 
    J’ai passé un casting. J’ai rencontré la réalisatrice, Delphine Lemoine, qui avait un peu travaillé sur Plus belle la vie à l’époque.

    Vous incarnez un garde forestier. Un rôle à mille lieux de celui de Boher dans Plus belle la vie…
    Oui, ça change même si je reste en uniforme ! C’est un personnage qui est loin de moi et loin de Boher.

    Ça vous plaît de changer de crèmerie ?
    C’est super d’aller voir ailleurs. Je suis très content, surtout quand on me propose des rôles comme celui-ci, qui changent complètement. J’ai fait un film, Ni dieux ni maître, avec Pascal Greggory, dans lequel j’ai joué un forgeron. Je m’étais rasé la tête. Ça ne ressemblait pas trop non plus à ce que je fais dans Plus belle la vie.

    C’est compliqué de jouer dans des fictions en dehors du feuilleton de France 3 ?
    Non. On m’avait proposé un rôle dans Tandem [la série policière de la Trois avec Astrid Veillon et Stéphane Blancafort, ndlr], mais c’est mal tombé, je n’ai pas pu le faire. Sinon, non, ce n’est pas compliqué. On voit d’ailleurs beaucoup d’acteurs de PBLV partout.

    Comme dans Jusqu’à ce que la mort nous unisse, où l’on retrouve deux anciens…
    … Trois ! Diane Robert [Caroline, ndlr], Jérémie Poppe [Romain, ndlr]et François-Dominique Blin, le curé [le père Alexandre, ndlr]. Il ne joue pas en ce moment mais il y est toujours.

    C’est difficile, quand on a des habitudes comme vous sur PBLV,d’intégrer une nouvelle équipe, de prendre de nouvelles marques ?
    Non, c’est différent. Sur Plus belle la vie, on travaille très vite, on a très peu de temps. On est dans l’urgence. Et moi, j’adore ça. Sur un unitaire, l’approche est différente, on a beaucoup plus de temps, notamment pour travailler les personnages. C’est ni mieux, ni moins bien, c’est différent.

    Vous finissez le tournage du prochain prime time de Plus belle la vie. L’année a été chargée pour Boher…
    Oui, j’ai toujours été gâté avec ce personnage, que je joue depuis douze ans et que je pourrais encore jouer toute ma vie… En ce qui concerne le prime time, il sera dans la continuité de la quotidienne.

    Et après ça, à quoi allez-vous vous atteler ? 
    Je voudrais de passer derrière la caméra. J’avais fait un court métrage [Némésis, ndlr] qui a reçu pas mal de prix. Là, j’essaye de monter un film.

  • Secrets, Prime PBLV

    Sans jjjtre 1.jpg

    IMG_3540.JPG

                             
                             Plus belle la vie
                             Plus Belle la Vie : dans les coulisses du prochain prime

    Le prochain prime intitulé "Secrets" et réalisé par Philippe Dajoux sera diffusé début 2019

    Synopsis : 

    Boher se croit hors danger mais Mathias (Edouard Collin) a dévoilé son secret au Cortez du coup il devient une cible. Ariane et Samia vont-elles réussir à mettre leurs querelles de côté pour sauver ensemble Jean Paul ?

    Qui est la femme que Riva a embrassé ? Beaucoup de questions pour Baptiste, Thérèse et Thomas. Les parents de Gabriel Riva débarquent à Marseille : Michelle Riva jouée par Nicole Dogue et Jean Riva (joué par Jean Christophe Bouvet).

    Le tournage du prime se poursuit jusqu’au 27 novembre à Marseille et Lourmarin.

  • Stéphane henon au festival du film de Colmar 2018

    Stéphane sera ce soir à 20h au festival du film de Colmar pour une projection spéciale de 2 inédits de la série pblv suivi d'une rencontre avec le public.

    https://festival-film.colmar.fr/plus-belle-vie

    IMG_1950.JPG

    stephane-henon-pblv.jpg

  • Stéphane Henon au festival de Beaurepaire 2018

    téléchargement.jpg

    Notre talentueux Stéphane Henon sera présent ce soir au festival de Beaurepaire.

    plus d'infos : http://www.ville-beaurepaire.fr/crbst_35.html

    Sans titremm 1.jpg

  • Stéphane Henon se confie sur JP Boher

    ob_2a2d7c_capture.PNG

    ob_7b091e_capture-2.PNG

     

    Vous faites partie un peu des « anciens » de la série « Plus Belle la vie ». Ce programme entre dans sa quinzième année, d’après vous qu’est-ce qui justifie cette fidélité du public ?

    S’il y avait une recette, tout le monde l’aurait ! Je ne sais pas… je crois que les gens peuvent s’identifier facilement aux personnages, ils sont tellement nombreux ! Je crois aussi que traiter des faits de société n’est pas indifférent. Ça permet d’aborder des sujets en famille que l’on n’aborde pas nécessairement aussi facilement avec des enfants, comme par exemple l’homosexualité. Ajoutons que les personnages sont attachants et humbles.

    Avec ces années d’expérience de tournage, est-ce uniquement de l’amusement pour vous ou un vrai travail de préparation est-il toujours nécessaire ?

    Je suis un comédien spontané, je suis plutôt animal. Comme nous sommes obligés d’aller très vite, que nous n’avons pas le temps de digérer le texte, il faut être efficace tout de suite, sur le moment. Ça me va, je suis un comédien instinctif. Je n’oublie pas qu’on est là pour jouer, pour s’amuser ! Il ne faut jamais oublier cela. Je crois que, pour un jeune comédien, c’est génial de venir dans ce genre de série parce qu’on fait nos armes. Il faut être opérationnel très vite, on est tout le temps dans l’urgence. J’aime ce rythme. Je suis très heureux. Lorsque je vais sur d’autres tournages j’apprends mon texte, je le travaille, c’est complètement différent.

    Ces derniers mois ont été l’occasion de profonds changements dans la vie de votre personnage. Comment les avez-vous vécus ?

    Ce qui est bien, c’est d’aller vers ce qu’on ne connait pas. Le personnage de Boher a fait le buzz grâce à son humour, son autodérision, tout ce qu’on a pu amener avec les auteurs, son côté un peu bof … et là nous sommes allés chercher des choses plus profondes. Pour un comédien, c’est formidable. D’ailleurs, à mes yeux, il est plus difficile d’être dans la comédie, de parvenir avec le rythme à faire rire dans le peu de temps qui nous est imparti, que dans l’intériorité et les larmes. Tout simplement parce que nous avons tous des blessures qui peuvent nous inspirer. Pour autant, cette évolution du personnage vers l’intériorité a beaucoup marqué les esprits et j’ai eu énormément de retours, notamment sur le passage de la rupture amoureuse.

    En terme de jeu, avez-vous dû aller chercher d’autres choses que celles que vous aviez l’habitude de convoquer ?

    Je me suis laissé aller à la situation et celle-ci était très porteuse, ne serait-ce que parce que cela faisait des années que je jouais avec ma partenaire et que je pouvais aisément me projeter vers son absence pour interpréter les sentiments liés à la rupture. Naturellement, il y a des émotions qui viennent, il faut ensuite les développer au maximum. Comme je fais ce métier depuis 30 ans, je commence à me connaître et à savoir où aller chercher des choses.

    Pendant ces années de tournage, votre personnage a vécu de nombreuses choses, abordé de nombreux thèmes. Pour la suite, y a-t-il des sujets que vous aimeriez voir développer par Jean-Paul Boher ?

    Je fais totalement confiance aux auteurs. Je suis un personnage qui a été très gâté par le passé. Je suis très confiant pour la suite. Mais, globalement, j’ai toujours envie de trouver de nouvelles choses, comme par exemple le ridicule… parce que, dans la vie, on se ridiculise aussi, avant tout nous sommes des hommes. C’est l’homme qui fait le métier et non pas l’inverse.

    Quels sont les prochains sujets qui vont concerner votre personnage ?

    Je l’ignore. Je reprends depuis octobre. Il va continuer ce triangle amoureux. Nous ne savons pas où cela va mener. Est-ce qu’il va être amené à choisir ? Sont-ce elles qui vont choisir ? J’avoue que j’aime découvrir, ne pas savoir. Je ne vais pas voir les auteurs pour qu’ils me révèlent ce qui va se passer. J’aime être surpris. Tant que je suis heureux ! 

    source : http://le-medias-blog-de-julian.over-blog.com/2018/10/plus-belle-la-vie-stephane-henon-se-confie-sur-son-personnage-de-jean-paul-boher.html

     

  • Plus belle la vie : Le plus cool ? Le mieux habillé ? Le plus drôle ? Fabienne Carat et Stéphane Henon nous répondent

  • Stéphane Henon aux Héros de la télé à Beausoleil les 5 et 6 octobre 2018

    Retrouvez le talentueux Stéphane Henon au festival les Héros de la télé à Beausoleil les 5 et 6 octobre prochain.

    43076121_2269463323286708_7846748311687004160_n.jpg

    IMG_1171.JPG

    Do58t8XXUAAvZgQ.jpg

  • Nouveau visuel de PBLV

    Voici l'un des tout nouveaux visuels de PBLV . D'autres arriveront par la suite au fil des intrigues.

    42417363_573834613035259_1252727087047901184_n.jpg

    42453318_2187476034911365_4546674021885804544_n.jpg

    42412942_323800951509468_6262970600071888896_n.jpg

    42399720_243331572999053_3984786170927120384_n.jpg

  • Fabienne Carat, Stéphane Henon et Jérôme Bertin au festival fiction TV de La Rochelle 2018

    41954958_1887863284624771_4344548381285154816_n.jpg

     

    Retrouvez nos loulous au Festival de la Fiction TV ce samedi à 11h pour une séance de selfies

     

    41572244_1922491267841231_6019719741373939712_n.jpg

    41508784_1922491347841223_2427554844714729472_n.jpg

    41668536_1922491314507893_7027104479564529664_n.jpg

    41416275_1922491321174559_5680673214846468096_n.jpg

  • Stéphane Henon interview dans toute la télé

    arton101553.jpg

    Joshua Daguenet : Après une année de séparation, revoilà Jean-Paul et Samia en pleine harmonie. Quel a été le déclic de ce rapprochement soudain ?

    L’histoire n’a jamais été finie et il y aura toujours de l’amour entre eux, quoi qu’il arrive. Les scénaristes ont eu envie de s’amuser avec nos personnages (rires). Par rapport à leurs expériences, ils ont surmonté tout ensemble et tout glisse sur eux. Même s’il y a des drames, ils se retrouvent tout le temps.

    Samia et Jean-Paul ont connu des rapports contraires et ont tout vécu dans le feuilleton… Est-il devenu LE couple phare de Plus belle la vie ?

    Ce n’est pas à moi de le dire mais les gens se sont étonnés de notre séparation. Certains ont montré leur énervement sur les réseaux sociaux. Samia et Jean-Paul viennent de tellement de loin. Mon personnage était raciste et Samia me détestait mais nous savions dès le départ que nous allions nous rapprocher à travers les regards dans les scènes. J’ai toujours essayé de ramener mon personnage. Par exemple, quand il disait des horreurs, je me suis dit qu’il valait mieux lui faire boire un verre de lait, et pas de la bière pour ne pas faire cliché. Un flic disant des horreurs tout sirotant du lait n’est pas crédible.

    Comment avez-vous réagi avec Fabienne Carat (Samia, ndlr) en apprenant, à la lecture des scénarios, le retour de flamme entre vos deux personnages ?

    C’est bien pour les comédiens de jouer autre chose sinon cela devient de la routine et ce n’est pas très agréable. Mais ce retour de flamme, nous nous y attendions. C’était une question de temps même si je ne sais pas si nous allons vraiment nous remettre ensemble. Pour l’histoire, c’est sympa d’avoir des ruptures mais quand il y a un enfant, un lien existe toujours. La tromperie de Djawad, par exemple, m’a permis de jouer différemment. Quand j’ai versé deux larmes, on a eu l’impression que j’étais devenu un grand comédien… C’est plus compliqué de faire rire que de faire pleurer.

    Depuis son arrivée au Mistral, le lieutenant Boher a énormément évolué dans ses idées. Pourtant, il s’est remis en couple avec Ariane qui correspondrait plutôt au Boher du passé…

    Ariane a des fêlures liées à son père. Elle a été brisée et se protège avec ce côté virulent. Elle vit ce que Boher a vécu à ses débuts. Elle part de tellement loin mais elle va être rachetée auprès du public et gagner un capital sympathie. En réalité, Ariane a un grand cœur mais elle a brisé un couple phare donc tout est plus compliqué pour elle. Mais c’est une excellente comédienne car les gens la détestent (rires).

    Votre fille, Lucie, est interprétée par deux sœurs jumelles. Comment cela s’organise en plateau ?

    Elles alternent sur des demi-journées et jouent une fois sur deux. Avant, elles venaient ensemble mais, dorénavant, c’est chacune leur tour à part quand Lucie apparait dans plusieurs scènes. Les parents choisissent ou alors cela dépend de la scène. Quoi qu’il en soit, ces deux filles se débrouillent bien car ce n’est pas leur métier mais elles sont différentes. Une fille est présente pour les coacher et tout se passe très bien. Elles sont à l’écoute et travaillent en amont pour être opérationnelles sur le plateau.

    Certains personnages enchaînent les conquêtes. Imaginez-vous Boher avec une femme différente de Samia ou Ariane ?

    Oui, je pense me mettre avec Thomas ! (rires) Cela peut-être amusant de trouver un troisième personnage même si cela se passe très bien avec les deux comédiennes. Moi, je prends ce qu’on me donne. Après, Boher est très amoureux de Samia et il l’a prouvé plein de fois à travers des actes. Les gens ont été très choqués par cette séparation et il y a eu beaucoup de réaction lorsque Jean-Paul a embrassé à nouveau Samia. Concernant le personnage, il est déjà perdu avec deux femmes, alors je ne pense pas qu’il ait besoin d’une troisième femme. Pour lui, plus ça va et moins ça va aller…

    Les traits d’humour autour de votre personnage sont aussi incarnés à travers vos parents, incarnés par Philippe Chevallier et Marion Game. Va-t-on les revoir au Mistral ?

    J’aimerais bien mais cela m’étonnerait concernant Marion Game. Philippe Chevallier aimerait bien revenir et si la production en a besoin, il sera de retour. Si cela ne tenait qu’à moi, ils seraient là tout le temps car travailler avec ces acteurs est un vrai plaisir. Ils ont beaucoup oeuvré dans l’humour donc cela m’éclate de tourner avec eux.

    L’actualité est beaucoup marquée par des faits-divers en lien avec la police. Quand on incarne un lieutenant dans un feuilleton quotidien, suit-on ces affaires avec plus d’attention ?

    Pas plus que d’habitude. Je m’intéresse à l’actualité et aux faits-divers de manière générale mais ce n’est pas parce que je joue un flic que je me prends un flic. Pour moi, ce n’est qu’un personnage et je regarde l’actualité comme je le faisais avant d’incarner Boher. Mais chacun a ses approches et ses façons de travailler.

    Au théâtre, vous avez joué à plusieurs reprises dans des pièces mises en scène par Robert Hossein. Quelles sont vos affinités avec ce géant du cinéma ?

    J’ai une belle histoire avec Robert, je l’ai rencontré à la Gare de Cannes en marge du festival. Avec mon frère jumeau, nous avions dormi sous une couette à la gare car nous manquions d’argent. Et Robert, accompagné de sa femme, est venu nous parler. La discussion a duré quinze minutes et, à la fin, il m’a tendu un billet de 200 francs. Alors, je me suis vexé, je l’ai tutoyé et lui ai indiqué que je ne voulais pas de son argent. Du coup, il s’est énervé et m’a dit « bordel de merde, tu me la rendras à ta prochaine paye », du coup, je lui ai demandé « quelle prochaine paye ? » et il m’a répondu « venez tous les deux, je vous engage pour mon prochain spectacle ». Le jeudi d’après, nous avons joué dans « La liberté ou la mort ». Depuis, nous avons, avec mon frère, la moitié du billet de 200 francs et j’ai joué dans six ou sept de ses spectacles. Robert Hossein m’a mis le pied à l’étrier.

     

    source : http://www.toutelatele.com/stephane-henon-plus-bella-la-vie-la-separation-de-boher-et-samia-a-choque-les-telespectateurs-101553

  • Stéphane Henon aux Hérault de le télé et du cinéma 2018

    Stéphane était présent lors de cette 15ème édition. retour en images.. 

    36623032_10157504547179128_6643948222295310336_n.jpg