Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commico du Mistral

  • Interview Stéphane Henon pour moustique.be

    Boher termine la série en tant que commissaire, c’est une consécration?
    Je ne sais pas si c’est une consécration, mais ­comme il n’a pas fait d’études, c’est un beau parcours. Il ­commence comme simple brigadier puis il est passé capitaine après avoir réussi une enquête. C’est bien de terminer là-dessus et de mettre un joli costume.

    Comment analysez-vous son évolution d’un point de vue plus personnel?
    Il est rentré dans le rang. C’était un flic raciste au début. Ensuite, il s’est marié avec une Algérienne et s’est adouci. Le mariage, la paternité l’ont calmé et en ont fait une sorte de nounours. Il râle, mais il a un bon fond. Je pensais que je pouvais le faire vieillir.

    Votre rôle a-t-il changé votre regard sur le métier de policier?
    Non, car j’ai été éduqué dans le respect de la police. Je sais ce qu’ils vivent et c’est très compliqué à gérer. J’étais bien accueilli du côté des flics et des voyous. Même des taulards ont découvert mon personnage en prison. C’est une sorte d’antihéros très humain.

    Que pensez-vous des apparitions récentes d’anciens personnages comme Samia?
    Cela permet au public de retrouver les personnages disparus qu’ils ont aimés. Moi, j’étais ravi de revoir Fabienne Carat à l’occasion de ces “apparitions”. Il va retrouver sa femme et elle va l’aider. On a tourné des scènes très émouvantes ensemble. Les sentiments étaient mélangés.

    Qu’avez-vous ressenti au moment de tourner votre dernière scène?
    C’était à Allauch près de Marseille. J’étais avec mon pote Jérôme Bertin. On a eu plein de pots avec les acteurs et les techniciens qui partaient successivement. La charge émotionnelle était très forte. Il y a eu des larmes à chaque fin de session parce qu’on formait une famille. On a ressenti beaucoup d’amour et on a profité au maximum des derniers tournages.

    Cet arrêt du feuilleton est-il injuste?
    Non, je ne dirais pas ça même si c’est tombé comme un couperet et cela été assez violent pour tout le monde. Bien sûr, c’est une décision un peu politique, on aurait pu mettre plus de formes, mais je ne suis pas amer. Avec le recul, j’étais censé être là pour trois semaines et je suis resté seize ans. Mon vrai travail, c’est de retrouver du travail, donc je redeviens intermittent du spectacle comme la quasi-totalité des ­comédiens. Tous les jours, j’ai des téléspectateurs qui viennent me voir. Ils sont malheureux parce que Plus belle la vie c’était un rendez-vous qui a rythmé leur vie. Bien sûr, c’est triste et j’ai eu les boules, mais comme on dit à Marseille, on sera à jamais les ­premiers.

    Que vous inspire le dernier prime?
    C’est une fin ouverte et personne n’a appuyé sur le bouton rouge. À part Roland, personne ne meurt. Peut-être que tout cela n’est qu’un au revoir et que Plus belle la vie reviendra un jour d’une manière ou d’une autre.

    Plus belle la suite ?
    Même si la fin de la série a été un coup dur pour plusieurs comédiens et techniciens et la ville de Marseille, les acteurs pensent déjà à l’après. L’étiquette PBLV qui était parfois un peu encombrante pour tourner dans d’autres fictions ­semble aujourd’hui être un atout. Les comédiens habitués à tourner rapidement sont très vite opérationnels. “On m’a appelé pour tourner dans des séries policières comme Léo Mattéï sur TF1 sans passer de casting. Je vais aussi jouer dans d’autres unitaires pour France Télé et dans Meurtres à” explique Stéphane Henon qui ne serait pas contre une série policière de 6 x 52 minutes autour de Boher.

    source :

    https://www.moustique.be/medias/television/2022/11/18/stephane-henon-sur-la-fin-de-plus-belle-la-vie-je-ne-suis-pas-amer-250156

  • Le parisien , Edito de l'équipe

    Nous y sommes. C’est ce soir le dernier soir. Au théâtre, le rideau tombe. Le public applaudit et salue les acteurs. Vous, ça fait dix-huit ans que vous nous regardez tous les soirs sur France 3 et que vous nous saluez tous les jours dans la rue, le train, le bus, le métro, au supermarché, partout où on se croise. Et on se croise partout.

    S’il y a un chiffre que personne ne pourra jamais connaître à propos de Plus belle la vie, c’est le nombre d’autographes et de selfies que nous avons faits ensemble. Probablement des millions ! Parce que le plus beau, dans Plus belle la vie, c’est cette relation incroyable qui s’est tissée depuis dix-huit ans entre le public et les acteurs. Et pour être exact, entre tous ceux qui travaillaient à Plus belle la vie et les téléspectateurs.

    Combien de sourires, de larmes, d’anecdotes, de clins d’œil partagés au fil du temps ? Alors aujourd’hui nous voulons vous dire merci. Des millions de mercis ! Merci à chaque téléspectateur qui a regardé, enregistré, critiqué, adoré, détesté, s’est moqué de Plus belle la vie. Parce que c’est tout ça qui a permis à Plus belle la vie de durer si longtemps.

    Bien sûr, il faut saluer le travail incroyable des auteurs qui ont respiré et restitué la France pendant presque 20 ans. Souvent en avance sur les journaux et les émissions de divertissements, la série populaire a raconté la France à la France, sans distinction d’âge, de sexe, de religion, d’orientation sexuelle, de croyance, de classe sociale. Plus belle la vie vous parlait de vous chaque soir. Et nous les acteurs, nous étions tous un petit peu de vous.

    C’est aussi pour ça que vous nous avez aimés. Et c’est pour ça que nous vous aimons. Parce que nous nous reconnaissons aussi dans chacun de vous. Et croyez-nous, nous avons toujours été respectueux quand il s’est agi de vous jouer, vous représenter. Nous avons défendu chaque métier qui fait la France, chaque idée, chaque valeur, chaque combat, chaque avancée de la société. Et même nous avons la prétention d’avoir, grâce à vous, avec vous, changé la France sur certains sujets. Tout le monde pense au rôle qu’a joué la série pour lutter contre l’homophobie par exemple. Nous n’avons jamais eu peur d’aborder les questions délicates comme le malaise dans la police, les fins de mois difficiles, le harcèlement ou Alzheimer et tellement d’autres. C’est vous dire ce qu’a été Plus belle la vie. Parce que Plus belle la vie, c’est la vie !

    Merci à chacun de vous pour votre indéfectible soutien. Et comme nous l’avions écrit au Festival de La Rochelle sur un tee-shirt : On vous aime.

  • Magali Lerbey dans Ici Tout Commence

    Retrouvez notre Magali Lerbey dans un rôle dans Ici Tout Commence jusqu'à la mi décembre 

    315521027_900376307533414_3973753365702671172_n.jpg

  • PBLV , les unes du 18 novembre 2022

    315519686_1175635696722654_7067934833285957027_n.jpg

    315521296_2044460732427284_6111735050587912167_n.jpg

    315527329_841374977315019_231881459281977693_n.jpg

    316024948_842450246878484_5364791848018544953_n.jpg

    PBLV a même traversé l'atlantique pour se retrouver aux USA , très bel article et reportage du Washington Post

    https://www.washingtonpost.com/world/2022/11/17/plus-belle-la-vie-france-soap-opera-end/

  • Episode 4661 magnifique scène Samia / JP , PBLV

    " Pourtant tout a une fin. Tout ce qui semble si immuable, si quotidien cesse un jour. Mais reste dans les mémoires"